Real Sociedad – PSG (1-2) : Les notes complètes [Ligue des Champions – 1/8 retour] – www.hommedumatch.fr

Source : Lien de l’article original
Date Heure de publication : 2024-03-06 00:46:35

⬇️ ————TRAD———– ⬇️

Homme du match – Mbappe © (8.5) :  Il fait sûrement des rêves de Maison Blanche, mais c’est bien du PSG qu’il est le président. Brassard de capitaine, doublé qualifiant son équipe, Mbappe répond de la meilleure des manières après son attitude reprochable face à Monaco vendredi dernier. Après une première accélération laissant sur place Traoré et donnant lieu à une action de but, le français confirme sa bonne entame de match par un but de classe mondiale (15’). Suite à un crochet dévastateur effaçant son adversaire direct, le français envoie une frappe surpuissante dans le petit filet opposé. Profitant d’un espace dans le dos basque, il file au but et finit de sa spéciale, en fermant le pied (56’). “T’es pas content, doublé”. Au-delà de son efficacité, l’attaquant a été très mobile, décrochant de nombreuses fois pour ses milieux de terrain.

 Real Sociedad (4-3-3) 

Remiro (6) : Auteur de deux arrêts décisifs dans le premier acte, le gardien basque a essayé de garder son équipe dans le match mais est impuissant sur les deux buts concédés. Sans lui, les bleu et blanc auraient pris l’eau.

Traoré (4.5) : Face à un Mbappe explosif et fautif sur le deuxième but de ce dernier, Hamari a livré une prestation plus que décevante défensivement. Il a été meilleur sur ses montées, sans pour autant faire la différence.

Le Normand (5.5) : Match pas au niveau dans un tel rendez-vous pour le naturalisé espagnol, souvent pris de vitesse par la fougue parisienne. A souligner que ce dernier n’a pas non plus été aidé par le manque de mouvement de son milieu de terrain.

Zubeldia (4) : Fautif sur les deux buts concédés, c’est un match sans pour le basque qui n’a pas su canaliser l’explosivité de Mbappe. Il a également pêché à la relance. Ce dernier est remplacé par Pacheco (77’).

Galan (6) : Bon match du latéral gauche qui a notamment su contenir l’imprévisibilité de Barcola en première période. Il est indéniablement le meilleur espagnol sur la pelouse ce soir.

Merino (4.5) : Match compliqué pour le basque qui malgré son but (89’), sauvant la face de son équipe, n’a pas joué son rôle de leader, laissant son équipe se faire dominer durant toute la rencontre. 

Zubimendi (4) : Transparent, insignifiant, fantomatique… tant d’adjectifs qui pourraient décrire la (non) prestation de l’espagnol ayant laissé des espaces monstrueux aux milieux parisiens. Match insatisfaisant pour le milieu basque. Olasagasti le remplace (83’).

Mendez (4) : A l’image de son coéquipier au milieu, Mendez n’a pas non plus été flamboyant ce soir. Défensivement dépassé et offensivement passif, c’est un match à oublier pour ce dernier. Turrientes le remplace (61’) et fait une bonne entrée. Il bute une première fois sur Donnarumma puis délivre une passe décisive sur le but de son équipe.

Becker (4) : Très dynamique sur son côté, l’ailier a multiplié les appels sans bonifier les ballons qu’il a touchés. Il cède sa place à Barrenetxea (61’) qui, sur son premier ballon, marque mais voit son but refusé pour hors jeu, de peu.

Oyarzabal © (5) : De retour de blessure et dans son stade, la star basque avait à cœur de délivrer une bonne prestation. C’était sans compter sur l’excellente défense centrale parisienne qui ne lui a laissé aucun espace. C’est aux joueurs de son calibre d’insuffler un esprit de révolte, et il ne l’a pas fait. Il est remplacé par André Silva (76’) qui n’a pas davantage apporté.

Kubo (4.5) : Ce genre de match est une aubaine pour le jeune crack japonais, durant lesquels il peut se montrer aux yeux de l’Europe. Toutefois, bien que sa justesse technique et son agilité ne laisse personne indifférent, sa prestation du jour est plus qu’insuffisante, à l’image de son équipe.

PSG (4-3-3) 

Donnarumma (7.5) : Match après match, brique après brique, c’est un rempart qui s’érige face aux équipes qui affrontent le Paris Saint Germain. Malgré un jeu au pied toujours fragile, sur sa ligne le portier italien est infranchissable et dans les airs, il est indomptable. Il aurait mérité un clean sheet mais, impuissant, il concède ce but dans les derniers instants. 

Hakimi (6) : Malgré sa bonne projection, le piston droit n’a pas toujours pris les bonnes décisions malgré des appels intéressants de Barcola dans le premier acte. Le marocain compense néanmoins par sa solidité défensive et son dépassement de fonction si chers au PSG. Il cède sa place à Carlos Soler (83’).

Beraldo (7) : Interventions propres et anticipations toujours justes, Beraldo profite des blessures pour gagner en confiance et montrer un visage plus que rassurant dans un match aussi important que celui-ci. Sa lecture de jeu est ce qu’il manquait côté PSG depuis le départ de l’immuable Thiago Silva.

Hernandez (6) : Concentré défensivement et appliqué sur les relances, Lucas Hernandez a maintenu la stabilité défensive de son équipe lorsqu’il était positionné en charnière centrale. Son passage sur le côté gauche a été moins bon et a déséquilibré la défense parisienne.

N.Mendes (6.5) : Surprise de la feuille de match, le portugais n’a pas déçu pour son retour. Sa puissance mêlée à son agilité a illuminé le terrain ce soir, rappelant à ses supporters pourquoi il est si spécial. En manque de rythme, il est remplacé par Mukiele (61’) qui entre en charnière centrale.

Zaïre Emery (6) :  Les nombreux espaces dans le milieu espagnol ont profité à la puissance et à la percussion de l’espoir français. Il a été très bon ce soir, mais doit encore améliorer ses prises de décision, parfois trop lentes.

Vitinha (7.5) : Placé en sentinelle, le jeune portugais a assuré ce soir l’équilibre des rouge et bleu. Récupération, jeu en une touche et projection, le milieu a pratiquement réussi à faire oublier Verratti. Souvent critiqué, Vitinha n’est peut être pas un joueur paillette, mais sa simplicité fait de lui le patron du milieu parisien aujourd’hui.  

Ruiz (5.5) : Des pertes de balle dangereuses au milieu de terrain mais beaucoup de mouvement lui permettant de s’ouvrir le jeu. Sa finesse technique l’avantage face à des équipes espagnoles moins physiques qu’en Ligue 1. Ugarte prend sa place (77’) pour apporter plus d’impact physique et conserver le score.

Dembele (5) : Positionné en numéro 10 afin de servir les montées de Mbappe et Barcola, Dembélé n’a pas assuré son rôle de distillateur de bons ballons. Malgré sa passe décisive sur le but de Mbappe, ses mauvaises passes peu appuyées en première période ont mis en danger son équipe. Sa deuxième mi-temps est meilleure mais en deçà de son niveau actuel. Il cède sa place à Kolo Muani (82’).

Mbappe © (8.5) : Voir ci-dessus  

Barcola (5) : Impliqué sur deux grosses occasions en première période, Barcola a été bon sans être étincelant. La prouesse a en effet dû faire face à un Galan concentré et à un manque d’offrandes de ses coéquipiers. Il n’a pas pu montrer davantage car il est remplacé par Kang In Lee à la mi-temps (45’) qui délivre une passe décisive lumineuse en profondeur pour le second but de Mbappe.