đź“° Grâce Ă  l'intelligence artificielle, les amateurs de sport font comme les pros – www.lindependant.fr

Source : Lien de l’article original
Date Heure de publication : 2024-03-08 09:25:17

⬇️ ————TRAD———– ⬇️

Publié le
, mis Ă  jour


Nicolas Boussu

C’est dĂ©sormais une rĂ©alitĂ© dans la plupart des clubs de football et de rugby amateurs en France. Les associations s’Ă©quipent de camĂ©ras intelligentes pour filmer les matchs. Objectifs majeurs : travailler tactiquement et techniquement avec son groupe et rediffuser les rencontres pour les fans.

VoilĂ  des lustres (en fait pas autant) que les sportifs professionnels progressent avec comme base de travail, l’image. Il est de coutume que les entraĂ®neurs de football, de rugby et de bien d’autres disciplines comme le handball ou le basket – et mĂŞme en sports individuels – proposent Ă  leur groupe des sĂ©ances vidĂ©o pour avancer tactiquement et techniquement. D’interminables sĂ©ances vidĂ©o… Surtout, cette pratique est une source d’information essentielle pour les staffs techniques.

Aujourd’hui, cette technologie concerne Ă©galement le monde amateur. Exemple dans l’Aude avec le foot et le rugby. Quel que soit le niveau, national, rĂ©gional, district…  Ce sont de petites camĂ©ras vertes amovibles. Assez discrètes. Elles ont colonisĂ© les stades. Tous les matchs sont filmĂ©s ou presque. Et attention, ces camĂ©ras, en tout cas l’Ĺ“il de la camĂ©ra bouge. C’est l’intelligence artificielle aux manettes. L’engin suit les actions, l’engin suit le ballon. Et ce n’est pas tout.

La vidĂ©o grâce Ă  ses supports, notamment le logiciel associĂ©, dissèque les matchs. Nombre de frappes au but, nombre de lancements en mĂŞlĂ©e, corners, pĂ©nalitĂ©s, fautes, etc. La machine rĂ©pertorie puis recrache tout une fois la rencontre terminĂ©e. Le staff n’aura plus qu’Ă  taper “coup franc” pour disposer des chiffres et des images. Ensuite direction la sĂ©ance vidĂ©o pour les joueurs. Et de bonnes sessions “remue-mĂ©ninges” pour les coachs.

Le boulot d’une armĂ©e d’analystes

Du cĂ´tĂ© de l’Aviron Gruissanais, on travaille depuis plusieurs mois avec ce dispositif. “On le prend mĂŞme en dĂ©placement. Ce n’est vraiment pas un système invasif”, assure le manager de l’Aviron Christophe Pibouleu. “C’est pratique et instructif. Grâce Ă  cette camĂ©ra et au logiciel Veo, j’ai le nombre de touches, de mĂŞlĂ©es. Si on veut voir la compilation des touches, on n’a qu’Ă  appuyer sur le bouton. C’est simple d’utilisation. Et on s’en sert avec le groupe tous les vendredis pour la sĂ©ance vidĂ©o”, indique le technicien. 

Et preuve que la vidĂ©o n’est pas entrĂ©e hier dans le quotidien des entraĂ®neurs, le manager de Corbières XV Thomas Clavières s’en servait dĂ©jĂ  dans les annĂ©es 2000 Ă  Carcassonne en FĂ©dĂ©rale. “On s’en est toujours servi. LĂ , c’est juste que la technologie Ă©volue. On regarde une action, on la montre aux joueurs, rien de plus simple.” 

En football, l’Olympique Corbières Sud Minervois l’utilise aussi. LĂ -bas, après le match, on envoie le lien de la vidĂ©o de la rencontre aux suiveurs qui peuvent revivre les Ă©motions comme s’ils y Ă©taient grâce Ă  cette camĂ©ra. “Ce qu’il y a de bien, c’est que pour une seule camĂ©ra autonome, il y a un rendu quasi similaire Ă  une diffusion TV. On peut analyser grâce aux statistiques, rĂ©pertorier les moments importants. On obtient automatiquement un retour chiffrĂ©”, rapportent plusieurs techniciens. L’outil fait le boulot d’une armĂ©e d’analystes.

Le coĂ»t ? Ă€ Gruissan par exemple, le premier achat a coĂ»tĂ© 2 000 € (camĂ©ra-pied). Les annĂ©es suivantes, c’est 60 € par mois.


Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes

Je m’abonne pour lire la suite



Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
Ă  cet article Ă  partir de
2,49€/mois


Voir les commentaires