đź“° Football – rugby : le dĂ©bat sur la cohabitation au stade Paul-Lignon Ă  Rodez revient au premier plan – www.centrepresseaveyron.fr

Source : Lien de l’article original
Date Heure de publication : 2024-03-04 17:57:55

⬇️ ————TRAD———– ⬇️

Retour en janvier 2020. Le dimanche 12 exactement. Ce jour-là, le Rodez rugby, né l’été précédent sur les cendres encore chaudes du SRA, retrouve le stade Paul-Lignon – dont la pelouse flambant neuve, hybride et thermorégulée nécessaire pour les footballeurs montés en Ligue 2 vient d’être rouverte – pour une confidentielle rencontre face à Couffouleux, en Promotion d’Honneur. Le septième niveau national. Ce retour fait alors débat dans le ruthénois. Mais les rugbymen sont installés, et désormais durablement, rue Vieussens ; au détriment d’ailleurs des féminines du Raf cette saison (D2F) quand les calendriers s’entrechoquent.

Quatre ans plus tard, et alors que le RR est toujours au septième niveau hexagonal malgrĂ© deux montĂ©es administratives jusqu’en FĂ©dĂ©rale 3 (la N1 et N2 ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es depuis), le dĂ©bat sur la cohabitation des deux disciplines dans l’enceinte phare du dĂ©partement est revenu dimanche sur le devant de la scène. En cause ? Les “3 cm de neige Ă  10 heures du matin et un substrat dĂ©jĂ  saturĂ©“, qui ont poussĂ© la mairie, selon un communiquĂ© envoyĂ© dans la foulĂ©e, Ă  “ne pas autoriser” le choc des 5es RuthĂ©nois face au leader Sor Agout, pour “protĂ©ger les joueurs mais aussi la pelouse du stade très importante pour la suite de la saison pour le football et le rugby “. Dont acte. Sauf que dès le milieu de journĂ©e, l’aire de jeu Ă©tait redevenue bien verte. Posant forcĂ©ment la question de la capacitĂ© d’une telle infrastructure, au regard des coĂ»ts et de sa technologie, Ă  pouvoir accueillir, sans faillir ainsi, les deux Ă©quipes sang et or. Bien qu’étant entendu que les contingences de la Ligue 2 et de la FĂ©dĂ©rale 3 sont pour le moins difficilement comparables, au dĂ©savantage du ballon ovale.

Ce qui pourrait donc expliquer ce contretemps fâcheux, mais qui ne devrait pas avoir de conséquences sportives pour cette fois, les Tarnais étant beaux (non) joueurs et le match devant être reprogrammé à la fin du mois, le 31, sous réserve de validation de la FFR. Il n’empêche, le silence des dirigeants du Rodez rugby depuis ce report de précaution, qui n’ont pas souhaité répondre à nos sollicitations, est parlant.