đź“° Football. Ligue 1 : Nice au pied du mur avant d'affronter Montpellier – www.leprogres.fr

Source : Lien de l’article original
Date Heure de publication : 2024-03-08 08:15:00

⬇️ ————TRAD———– ⬇️

Nice – Montpellier
Ce vendredi, 21 heures (sur Prime Vidéo)

Après un dĂ©but de saison fantastique, l’OGC Nice peine Ă  conserver la mĂŞme cadence en 2024. Pire, les Aiglons n’ont gagnĂ© qu’une fois depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, et son dans l’obligation de l’emporter ce vendredi (21 heures) contre Montpellier pour ne pas sombrer dans la crise.

Car depuis quelques semaines, les AzurĂ©ens avancent comme des relĂ©gables : une victoire, deux nuls, quatre dĂ©faites. De quoi dĂ©jĂ  tirer la sonnette d’alarme. Pourtant, l’Ă©quipe ne parvient pas Ă  rĂ©agir… Comme lorsqu’elle encaisse un but. Nice est ainsi la seule formation de l’Élite Ă  n’avoir jamais pris un seul point après avoir Ă©tĂ© menĂ©e.

Ce contenu est bloquĂ© car vous n’avez pas acceptĂ© les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront dĂ©posĂ©s et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez des dépôts de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.
GĂ©rer mes choix


Tweet

« On a nos faiblesses, reconnaĂ®t le milieu Youssouf Ndayishimiye. C’est vrai, parfois, quand on prend un but, on a l’impression qu’on n’y arrivera pas. Or, si c’est le cas, on peut en mettre trois après ! Il faut changer notre mentalitĂ©. »

Pas de changement tactique en perspective

Pour stopper l’hĂ©morragie, une victoire contre Montpellier, dans « le match le plus important de la saison », selon le Burundais, est devenue obligatoire. Juste avant le quart de finale de Coupe de France Ă  Paris, mercredi prochain (21h15), tout autre rĂ©sultat ferait exploser les certitudes patiemment acquises. « On ne peut pas mentir : on est moins bien, enchaĂ®ne Ndayishimiye. Mais il n’y a ni pression, ni panique, ni doute ! Alors, soit on s’endort et on perd tout, soit on prend nos responsabilitĂ©s. On est professionnels. On assume. On va changer les choses. »

« Le moment des excuses, des “si”, des “peut-ĂŞtre” est terminĂ©, renchĂ©rit son entraĂ®neur, Francesco Farioli. C’est le moment de rĂ©agir, de donner des rĂ©ponses collectives fortes. Il nous reste dix matches pour rĂ©colter les fruits de ce qu’on a bien fait. »

Pour cela, le technicien italien n’a « pas effectuĂ© de changement brutal » dans sa mĂ©thodologie de travail. Tout juste Ă©voque-t-il « une Ă©volution progressive ». Il surtout a demandĂ© Ă  ses joueurs de « retrouver le plaisir de faire les choses bien, avec soin et amour ». « Les petits dĂ©tails changent les saisons », est-il convaincu.

Des leaders en dilettante

D’ailleurs, en interne, personne estime que le système de jeu n’est Ă  remettre en cause. Le directeur sportif, Florent Ghisolfi, avec qui Farioli se sent « plus proche que jamais », soutient son entraĂ®neur et s’est rapprochĂ© encore plus du groupe. « Quand le plan A ne fonctionne pas, il faut l’amĂ©liorer », synthĂ©tisait-il rĂ©cemment. Ses joueurs acquiescent, Ă  l’image de Ndayishimiye.

« Les plus grandes Ă©quipes ne changent jamais leur système et pourtant elles gagnent, soutient ce dernier. Ce n’est pas le problème. Quand ça va moins bien, il faut travailler, prendre ses responsabilitĂ©s, rĂ©agir. Dans les moments difficiles, on voit les hommes. Si on laisse la situation se dĂ©grader, Nice peut finir 12e. Le club ne mĂ©rite pas ça. »

Pour tourner cette page, les leaders doivent mener la rĂ©volte. Mais les deux principaux, Dante et Jean-Clair Todibo, forment un axe moins performant. Ă€ 40 ans, le premier attend un geste de sa direction pour une prolongation. Quant au second, qui a l’Euro en ligne de mire, il veut faire Ă©voluer sa palette pour ĂŞtre plus dans le contrĂ´le. Mais c’est actuellement au dĂ©triment de son rayonnement sur l’Ă©quipe.

Ils ne sont pas les seuls en souffrance. L’international français Khephren Thuram, par exemple, ne compte aucun but, aucune passe dĂ©cisive cette saison. Et sa volontĂ© d’y remĂ©dier le fait parfois dĂ©jouer.

  • Football
  • Sport